cadre   - Nous sommes le Mardi 25 Septembre 2018 et il est 07:48
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Aude 11 - Languedoc Roussillon -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Ressources
  La recherche
  Insertion et Travail
  Groupe de parole
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 11
  avis de décès - jacques ,marie, dreyer-dufer
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
concert abbatiale solignac
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

Psychiatrie: L'hospitalisation d'office ne pourra plus être prolongée sans l'intervention d'un juge 27 novembre 2010

In 20minutes.fr-SANTE - Le Conseil constitutionnel a censuré un article du Code de la santé publique...

Les sages ont tranché. L'hospitalisation pour troubles mentaux d'une personne, décidée sans son consentement à la demande d'un tiers (parents, proche...), ne pourra plus être prolongée au-delà de quinze jours sans l'intervention d'un juge, selon une décision du Conseil constitutionnel.




SUITE DE L'INFORMATION

Le Conseil a censuré l'article du Code de la santé publique régissant le maintien de l'hospitalisation sans consentement à la demande d'un tiers (HDT) qui ne prévoit pas l'intervention d'un juge (magistrat du siège et non des tribunaux administratifs), une mesure qui concerne plus de 30.000 patients par an.

Question prioritaire de constitutionnalité

Les sages du Palais-Royal avaient été saisis de ce sujet fin septembre par une patiente dans le cadre de la procédure de la question prioritaire de constitutionnalité. C'est la première fois qu'ils rendent une décision sur une question concernant les droits et libertés des malades mentaux.

La disposition du Code de la santé sur la HDT a été jugée contraire à la Constitution française qui garantit les droits et libertés des citoyens, selon la décision du Conseil qui vient d'être rendue publique.

Cette décision aura également des effets sur le projet de réforme de la loi concernant les personnes faisant l'objet de soins psychiatriques, examiné en mai en Conseil des ministres, qui devra être adapté en conséquence.

L'intervention du juge devra être systématique

L'intervention systématique d'un juge devra être effective à partir du 1er août 2011. Le Parlement a donc huit mois pour voter un texte mettant en oeuvre cette décision.

La loi du 27 juin 1990 en vigueur prévoit deux types d'hospitalisation sous contrainte : l'hospitalisation à la demande d'un tiers (famille, proche...) sur la base d'au moins un certificat médical, et l'hospitalisation d'office ordonnée par le préfet ou le maire en cas de péril imminent.

Le Conseil s'est basé sur l'article 66 de la Constitution qui exige que toute privation de liberté soit placée sous le contrôle de l'autorité judiciaire, «gardienne de la liberté individuelle», comme c'est déjà le cas pour la garde à vue ou la rétention administrative des étrangers. Dans ces deux cas, passé un délai de 48h, la prolongation de la privation de libertés ne peut se faire que sur décision judiciaire.

Plus de la moitié des 62.155 patients hospitalisés concernés

Le Conseil a jugé que le maintien de l'hospitalisation sans consentement (HTD) devait également être soumis à un régime de confirmation. La possibilité de prolonger l'hospitalisation au-delà de quinze jours sur la base d'un simple certificat médical est, selon lui, contraire à la Constitution.

Plus de la moitié des 62.155 patients hospitalisés sans consentement en HDT, dont la durée de séjour dépasse les deux semaines, sont concernés par cette mesure. En revanche, le Conseil a rejeté la demande de judiciarisation de l'entrée (admission) en hospitalisation sans consentement en raison des garanties existantes.

Il n'a pas défini les modalités de l'intervention du juge, estimant que cela «relève de la compétence du législateur à qui il appartient de fixer les règles les plus adaptées à la situation des malades et à l'examen de la question de la nécessité de l'hospitalisation».

© 2010 AFP

Imprimer cette news



bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Aude 11 - Région Languedoc Roussillon
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales