cadre   - Nous sommes le Samedi 22 Septembre 2018 et il est 15:30
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Aude 11 - Languedoc Roussillon -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Ressources
  La recherche
  Insertion et Travail
  Groupe de parole
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 11
  avis de décès - jacques ,marie, dreyer-dufer
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
concert abbatiale solignac
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

QUELQUES ACTUALITES NATIONALES CONCERNANT LES MALADIES PSYCHIQUES

visibles sur les sites des délégations UNAFAM 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972

Franco Basaglia    Thomas More   Delacroix   Machiavel      Pinel visitant les aliénés   Le Politique de Platon   Lucien Bonnafé le désaliéniste   l'Assemblée Nationale        

article de SERPSY in courrier des lecteurs LIBERATION du 30 août 31 août 2005

"Sécuri-NE-PAS-SE-TAIRE" Un extrait de ce texte signé de Emmanuel Digonnet et Marie Leyreloup a été publié dans "Libération" du 30 août 2005 : "Il est quand même curieux que pendant tout l’été l’actualité de la psychiatrie nous suive même à la plage. Curieux… et terriblement dérangeant. Médiatisation à outrance des « évasions » de « détenus » ou « d’internés » en psychiatrie. Télévisions à heure de grande écoute, journaux nationaux et locaux, radio… tout le monde en fait ses choux gras en détaillant parfois suffisamment pour que la personne « évadée » soit reconnaissable. Grand criminel, fou dangereux, violence extrême, course à la recherche du bandit… On se croit dans un film américain de 3ème zone ! Ne manque que l’hélicoptère et la poursuite filmée pour faire frissonner ou palpiter les braves gens..." Lire la suite :


SUITE DE L'INFORMATION

Il serait peut-être urgent de se poser la question de cet éclairage forcené des médias sur des sorties sans autorisation de personnes hospitalisées sous contrainte. A l’hôpital, il n’y a pas d’évasion, il s’agit de sortie sans autorisation médicale, voire de fugue. De plus, ces sorties sont constantes tout au long de l’année dans chaque établissement, chaque secteur. Elles concernent aussi bien des personnes en hospitalisation d’office, en hospitalisation sur demande de tiers, et parfois des personnes transférées en psychiatrie alors qu’elles sont détenues dans un établissement pénitentiaire. Ces trois cas sont traités de la même manière par les médias, sans aucune distinction. Bien sûr, il ne suffit pas de changer de mots pour changer la vision de la psychiatrie mais les mots ont une grande importance. Comment imaginer que ceux qui emploient à dessein ces mots erronés ne savent pas ce qu’ils font ? Nous ne croyons pas que ce soit l’effet du hasard, nous sommes réellement embarqué dans une dérive sécuritaire qui touche de plein fouet la psychiatrie. Après des années de travail acharné pour fermer les asiles et construire une psychiatrie de secteur digne d’un pays démocratique, nous voilà engagé dans un « grand renfermement ». Au secours Foucault, ils sont devenus fous ! Tous les projets fragiles mis en place risquent fort de disparaître face à la prééminence de l’économique, face à la réduction de la folie aux symptômes, face au poids d’une société qui prend peur, face à un individualisme forcené. Reste à savoir à qui profite le « crime ». Après avoir fait peur au peuple, quelles mesures d’exception va-t-on lui proposer ? Des lieux fermés, des grillages, des alarmes électriques, des caméras, un gardien derrière chaque infirmier ou un infirmier-gardien ? Tout ceux qui ont fait progresser le travail en psychiatrie on dénoncé la même chose, « l’enfermement crée la violence ». Bonnafé nous l’a rappelé « Que ce soit dans les sociétés tribales africaines ou dans les sociétés indiennes qu'a si bien décrites Devereux, il y a toujours un mode de prise en charge d'autant plus efficace qu'il est moins excluant ». D’autre part, n’y a t’il pas besoin de reprendre cette fameuse législation d’exception qui sous-tend la psychiatrie ? Si on demande à la psychiatrie d’assumer la charge de l’ordre public, peut on parler de lieux de soins ? Serait-il possible de se pencher un peu vers l’amont ? De voir que les services, les secteurs se désertifient, les personnels sont en nombre de plus en plus minimes pour des hospitalisations en hausse, des listes d’attente trop longues en CMP. De voir que la formation pour la psychiatrie ne correspond pas aux besoins du terrain. De voir que l’accès au soin est de plus en plus inégalitaire. De voir les difficultés au quotidien, les tracasseries administratives, les délais imposées pour toutes démarches… la liste est longue et non exhaustive… Les choix politiques en terme de santé mentale depuis les années 95 ont conduit à la fermeture des structures de proximité comme les centres d’accueil et autres alternatives à l’hospitalisation. Ces choix ont eu pour double effet de retarder les prises en charges des personnes souffrantes et de les orienter vers des services surchargés. Ces économies de « courte vue », que nous avons régulièrement dénoncées, ont un coût que nous commençons à payer au prix fort : · - Fuite des personnels ; · - Augmentation des hospitalisations sous contrainte ; · - délais inadmissibles dans les prises en charge ; · - décompensations des patients ne trouvant pas de structures de proximité ; · - Usage intensif des chambres d’isolement ; · - Charge accrue sur les familles qui doivent garder au domicile des proches allant mal ou les accueillir après des hospitalisations parfois bien brèves. Faut-il le rappeler, le fameux « plateau technique » en psychiatrie, ce sont ces femmes et hommes qui y travaillent. Pour des soins de qualité qui soient humains, il faut que ces personnels soient en nombre. Ceux qui nous gouvernent, relayés par ceux qui mettent en œuvre leurs budgets de misère (ARH, Directeurs d’hôpitaux, …) ne peuvent l’ignorer ? A moins qu’ils n’aient d’autres desseins ? Quand on sait que l’avenir des prisons est à leur privatisation, parler d’évasions dans le cas de sorties sans autorisation d’un hôpital n’augure-t-il pas d’une privatisation de futurs centres fermés pour malades mentaux « dangereux » ? Cette sur-médiatisation du manque de « sécurité » des hôpitaux publics est limpide, sécuriser les hôpitaux psychiatriques pour y enfermer les « fous dangereux » surveillés par des infirmiers-gardiens et laisser au privé lucratif l’activité de soins ambulatoires ou les alternatives à l’hospitalisation (les textes sont prêts et les décrets en cours de publication) qu’un tour de passe-passe rendra rentable (après avoir été taxés d’inflationnistes dans le cadre du secteur public) au détriment de ce qui a fait la politique de secteur, la continuité des soins, le lien thérapeutique. Il s’agit de faire disparaître au plus vite le symptôme, de rentrer dans le rang, ou bien d’en être écarté définitivement. Voilà la psychiatrie que l’on nous prépare. Mais cette vision n’est pas une hypothèse alarmiste, elle est à l’œuvre dans le dernier plan santé mentale, et le Ministère via la campagne de presse actuelle ne fait qu’y préparer l’opinion publique, … les électeurs soucieux de plus de sécurité.

Imprimer cette news



bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Aude 11 - Région Languedoc Roussillon
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales